100% responsable!

La première fois que j’ai entendu « tu es 100% responsable de ce qui t’arrive » j’ai fait un bond sur mon coussin. C’était désagréable et je n’étais pas d’accord… surtout je ne voulais pas être d’accord. J’avais appris au cours de ma psychothérapie et de mes formations, le 50% responsable dans la relation et ça m’allait très bien! Je suis responsable de mon bout de relation et l’autre est responsable de son bout. Chacun sa part! Je m’en étais servi pour justifier le fait que l’autre ( personne, contexte, environnement..) avait sa (grande) part de responsabilité dans ce qui m’arrivait et que je pouvais me plaindre en conséquence! je m’en étais servie pour pouvoir aussi rester dans l’épuisant mais confortable  rôle de victime…

50% responsable, 50% victime!

Youpi, je pouvais chausser mes chaussons de victime et fermer les yeux sur ma part…j’avais tellement de choses à dire sur les 50% de l’autre que ça n’en finissait jamais! Et puis au cours d’un stage de « Dialogues avec l’ange », j’entends vous êtes 100% responsables!! Ah non, pas possible, pas vrai, je ne prends pas…Je me suis battue avec cette notion pendant des mois. Patricia Montaud nous disait, allez-y, vous pouvez négocier, faites le chemin, aujourd’hui vous êtes à quel pourcentage? Et demain? Et ensuite? Regardez ce qui se passe, accusez et regardez comment vous comptez les points! Soyez attentifs à comment vous négociez avec vous-mêmes!!

Impossible de rentrer dans mes chaussons de victime!

Je ne pouvais plus chausser mes pantoufles, elles devenaient trop étroites…Trop serrées, trop inconfortables. Je savais que si je voulais avancer il me fallait regarder ça! Que dit ce 100% responsable? Que nous sommes entièrement responsables de ce qui nous arrive parce que nous sommes responsables de ce que nous ressentons et responsables de ce que nous faisons de ce que nous ressentons. Je ne parle pas des évènements extérieurs qui viennent à nous mais de ce qui nous arrive dans nos relations, notre travail, notre quotidien, nos projets, nos amours, nos amis, nos envies, nos échecs. Il n’est pas question ici de toute-puissance et je vous parlerais plus tard de la loi d’attraction. Il n’est ici question que de regarder la réalité telle qu’elle est. Je m’explique :

Je suis responsable de ce que je fais avec ce qui  m’arrive!

J’ai un entretien pour une formation à gros budget pour superviser des équipes d’assistantes maternelles. L’entretien se passe super bien et les directrices me disent « on vous contacte dès qu’on a les dates pour démarrer ». Je sors de là super contente, et je vais même le fêter, je me félicite, je me fais un beau cadeau, et nous célébrons en famille…Plusieurs jours se passent sans nouvelle, je les appelle pour voir où elles en sont du planning, la directrice me répond que je n’ai pas été retenue et qu’elle ne s’est pas prononcée lors de l’entretien! Je pouvais choisir de le prendre en victime, je suis d’ailleurs d’abord passée par cette case  en la traitant de tous les noms (après avoir raccroché bien sûr!). Je pouvais me plaindre auprès d’elle de son manque de respect (ce que j’ai un peu fait quand même pour la forme…) et puis quoi??Je pouvais choisir de le prendre en coupable, qu’avais -je fait de si mauvais pour en arriver là? C’est aussi une bonne place de victime…Ça aurait changé quoi? J’ai soulagé ma colère et puis j’ai réfléchi à comment je voulais le prendre…Et j’ai trouvé d’excellentes raisons de trouver ça bien : je ne voulais pas travailler le soir pour être avec ma fille, je ne voulais pas travailler avec des personnes qui souhaitaient négocier ma valeur à la baisse, je ne voulais plus travailler dans le social. La nuit passe. Et je me réveille avec une énergie comme je n’ai pas eu depuis longtemps, avec un poids en moins et des envies en plus! Je me réveille avec la sensation d’être à ma place et que si l’univers a décidé ça pour moi c’est que c’est juste et bon pour moi. Et c’est devenu juste et bon pour moi dans l’instant. J’ai passé une superbe et lumineuse journée à remercier pour tout ce qui m’arrivait. Je suis passée de « j’ai perdu un contrat de plusieurs milliers d’euros » à « je n’ai rien perdu puisque je ne l’avais pas », et « j’ai gagné de savoir ce que je veux, l’univers me veut du bien, et quand je ne suis pas sûre il me le rappelle! ». Et je ne me suis rendue coupable de rien…Et je n’ai rendu personne coupable de quoi que ce soit. Tout était juste, bon et bien. Je suis maintenant en passe de signer pour quasiment le même montant, pour une entreprise, avec des amis, en journée, sur 4 mois au lieu d’un an…

Je suis 100% responsable

Si ma fille (d’ à peine trois ans) est énervée, râle, ne veut pas manger ce soir, je suis 100% responsable de comment je le prends et de ce que qu’elle va en faire. Je suis 100% responsable parce  qu’il est tard et qu’elle est fatiguée, responsable parce qu’elle ne sait pas gérer sa faim, sa fatigue, et les conséquences sur son corps et sa physiologie. Responsable de l’entourer, l’encadrer avec douceur et protection, la guider dans des réactions agréables, ou le plus agréables possibles pour elle. Responsable de l’aider à passer une belle fin de journée, à se coucher sans énervement, responsable de gérer ma propre fatigue, impatience, réaction qui pourrait aller contre elle. Responsable de ne pas prendre ses réactions contre moi, comme une intention de m’embêter…Responsable si elle me cherche parce que c’est tout ce qu’elle a trouvé pour me contacter avec les moyens qu’elle a en cette fin de journée et de semaine où nous sommes tous un peu plus fatigués. Je ne la rends coupable de rien. Et moi non plus. Elle n’est pas coupable de ne pas être parfaite. Je ne suis pas coupable de ne pas être parfaite…Je suis juste responsable de faire du mieux que je peux.

Responsable. Ni victime ni coupable.

Passer au 100% responsable c’est sortir du rôle de la victime. C’est aussi sortir de la culpabilité. Je suis 100% responsable. Et l’autre aussi… J’arrête de penser que les autres sont responsables de mon bonheur comme de mon malheur. C’est arrêter de penser que le monde est responsable de nous… C’est donc aussi arrêter de penser que l’on est responsable du bonheur ou du malheur des autres. Je suis responsable de ce que je dis, du comment je le dis, du pour-quoi je le dis, mais je ne suis pas responsable de ce que ça va faire à l’autre ni de ce qu’il va en faire. Devenir 100% responsable et redonner le 100% responsable à l’autre c’est récupérer le pouvoir sur ma vie et rendre à l’autre le pouvoir sur la sienne. C’est reprendre les rennes de notre vie. Rassurez-vous. Cela prend du temps, seulement le temps que vous voulez, le temps dont vous avez besoin…C’est vous qui décidez, rappelez-vous, vous êtes 100% responsables!

Vous ne deviendrez pas responsable du jour au lendemain… vous l’êtes déjà.

Il n’y aura pas de grands chamboulements dans votre vie! Cela prendra juste le temps de ne plus accuser les autres et le monde de tout ce qui vous arrive. Juste le temps qu’il faut pour ne plus être ni victime du sort, ni coupable à vie…Cela prendra juste le temps qu’il faut pour accepter vos imperfections, vos « erreurs » qui n’en sont pas, les aimer, les choyer, les transformer, les honorer comme des cadeaux de la vie pour en reprendre les rennes et ne plus les lâcher. La seule chose qui va changer c’est le regard que vous portez sur vous, ce qui vous entoure, ceux qui vous entourent et la vie que vous vivez…Le regard. Pas le jugement…le prochain article vous guide pas à pas sur ce chemin de transformation…

Il parlera du sourire…

Sur ce chemin de nouveauté, soyez doux et indulgents avec vous-mêmes, comme vous aimeriez que les autres le soient…

Copyright © 2015  http://mavieestbelle.com/Tous droits réservés

NB : En me laissant des commentaires et des questions sous cet article, vous m’aiderez à vous aider.

Ma vie est belle aussi sur Facebook… f
Coaching et développement, mon site professionnel Coaching pro

8 réflexions au sujet de « 100% responsable! »

  1. J’aime beaucoup cet article, et j’adhère à presque tout ce que tu dis.
    A partir du moment où l’on se sent pleinement responsable de ce qu’on vit, on reprend notre pouvoir, et on cesse d’être victime. J’adhère totalement à cette idée! En même temps, quand tu dis que tu es 100% responsable de la manière dont ta fille accueille tes réactions, ou du fait qu’elle te cherche, je me demande si tu l’aides à être dans son pouvoir. En tant que mère, tu es responsable de répondre aux besoins qu’elle est trop jeune pour gérer seule, je suis bien d’accord. Mais à mon avis, le plus tôt elle entendra des mots du genre: « comment pourrais-tu faire pour résoudre ton problème? » « Est-ce que tu as une idée de ce qui pourrait te soulager? » « comment pourrait-on faire, as-tu une idée? », plus tôt elle comprendra que ses problèmes lui appartiennent, et qu’il est en son pouvoir de les gérer, en faisant des demandes, en prenant des initiatives, en posant des actes. Qu’en penses-tu?

    1. Oui La Fannette, je suis tout à fait d’accord avec toi. Je suis aussi très sensible à la limite entre responsabilisation et culpabilisation. Responsabiliser trop tôt est pour moi proche du risque de « faire porter la responsabilité » voire culpabiliser. Et si les ressources ne sont pas présentes chez l’enfant le poids est trop lourd. J’ai dû faire face très tôt à des souffrances pour lesquelles j’ai recherché des solutions seule, avec beaucoup de culpabilisation parce que mes « réactions » n’étaient pas adaptées… La culpabilisation chez l’enfant est fréquente, rapide et passe souvent inaperçue parce qu’elle génère des modes d’adaptation très efficaces au premier abord. Je l’aide donc à identifier d’abord ses ressentis et à les accepter. Puis je lui propose des solutions. Et ensuite quand cela se représente je l’accompagne dans la recherche de ses propres solutions et je n’ai quasiment plus rien à dire. Je la soutiens. Qu’en penses tu?

      1. Merci Chrystèle pour ta réponse! Effectivement tout ça est une question de dosage, et je trouve très important de savoir accompagner son enfant en douceur vers la responsabilisation. Lorsque j’étais une mère débutante, j’ai eu tendance à vouloir prendre sur moi toutes les souffrances de mes enfants et à me sentir coupable chaque fois que je ne parvenais pas à les soulager. Parfois je me demande si en terme d’autonomie, ça n’a pas été un frein pour eux. En tout cas pour moi ça a été très dur et finalement , le boulot a été de faire le deuil de ma toute puissance. C’est pour cette raison que j’ai réagi à ce détail de ton article, car mon inquiétude était que tu ne prennes tout sur ton dos, mais suite à ton éclairage, il me semble que ce n’est pas du tout le cas.
        Au plaisir Chrystèle,
        La Fannette

        1. Trouver l’équilibre…en faisant de mon mieux avec le meilleur de moi-même! Sans me juger, en apprenant de mes « erreurs » avec comme priorité de rester dans la joie…C’est là que je souhaite cheminer! A très bientôt et un grand merci pour tes partages.

    1. Bonjour et merci de votre reconnaissance! Je suis « curieuse » d’en savoir plus…sur la claque! A quel endroit exactement vous avez eu l’impression de prendre une claque? Je suis en train de préparer une formation avec comme axe central la responsabilité, et je suis intéressée par tout ce que mes articles peuvent vous faire vivre…pour pouvoir aider le plus concrètement possible les personnes que je vais accompagner. Bravo pour la mise en pratique immédiate! Je vais bientôt mettre en ligne un article pour vous y aider. A bientôt.

  2. Cette idée de 100% responsable me plait beaucoup mais parfois je sais qu’elle m’a permise d' »adoucir », minimiser certains actes de violences et prendre soin des personnes à l’origine de ces violences que j’ai pu recevoir : je me disais « c’est de ma faute ce qui m’arrive car j’avais qu’a…. », « ce n’est pas que de leur faute, j’avais qu’a….. » ce qui m’a longtemps bloqué pour sortir ma colère qui en fait été légitime et non exagérée.

    Donc c’est vrai que c’est une belle notion mais il faut je pense faire attention à ne pas tomber dans la culpabilité et dans la minimisation des actes d’autrui. Et je suis d’accord avec toi Chrystéle envers les enfants le « tu est responsable » trop tôt peut-être culpabilisant…

    1. Le 100% responsable n’est pas là pour minimiser l’impact ou la responsabilité de l’autre…L’autre est 100% responsable aussi. La posture de responsabilité dont je parle ici est dans ce que je fais de ce qui m’arrive…Si je subis de la violence , la personne qui pose l’acte de violence est responsable de ses actes. Et je suis aussi responsable de comment je le prends…Je minimise? J’adoucis les faits? C’est là qu’il est intéressant de prendre responsabilité en regardant ce je fais de ce que je reçois. Juste dans la réalité de ce qui est. A quoi ça me sert de prendre tout sur mon dos? Qu’est ce que ça m’empêche et qu’est ce que ça me permet de ravaler ma colère? Ce sont les questions qui sont sources de conscience, sinon le risque est de retomber dans les mêmes situations jusqu’à réparation (conscience et transformation). Etre responsable ne veut surtout pas dire « je l’ai cherché! », ni « c’est de ma faute », mais regarder sur quoi je peux agir. Merci de ton témoignage Vénus et à très bientôt…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *