Choisir à chaque instant

Il y a deux voies possibles.

La séparation ou la non-séparation. La non-séparation, certains l’appellent l’unité, le « Un », ou encore le « Nous sommes tous reliés ».

Se croire séparé, c’est croire en un monde extérieur et un monde intérieur séparés par un mur, et n’ayant pas de lien de cause à effet entre les deux. C’est croire que je ne suis pas responsable voire que  je suis victime du monde extérieur et que  je reste protégée dans mon monde intérieur. Protégée… Ou prisonnière.

La non séparation c’est Voir que tout est relation. TOUT. Je suis en relation avec tout ce qui m’entoure. Je suis connectée, reliée et inter-agissante sur tout ce que je crois être « extérieur » à moi.

La non-séparation c’est Voir que j’ai tout ce que j’ai demandé. J’ai exactement ce que j’ai demandé même si je ne sais pas, si je n’ai pas conscience de l’avoir demandé. Commencer à Voir que j’ai exactement ce que j’ai demandé c’est commencer à Voir que tout ce qui m’est donné l’est par Amour pour moi.  Alors en regardant ce qui m’est donné je peux voir ce que j’ai demandé… à Voir.

Et si je commençais à regarder les évènements et tout ce qui m’entoure comme des réponses à mes questions? Des réponses pour me voir en vérité. Sans culpabilité. Juste avec responsabilité.

Je ne suis pas responsable des évènements qui m’arrivent. Je suis responsable de comment je regarde les évènements qui m’arrivent. Parce que tous ont des réponses à m’apporter sur moi. Le comment je regarde, qu’est ce que je décide de regarder et de Voir, sont des indications, des réponses à qui je suis maintenant.

Et me permettent de faire le choix : j’en veux encore ou je n’en veux plus?

Pas dans le déni ou le refus mais simplement Voir et Choisir à nouveau.

Je Vois. Je choisis. Je Vois. Je re-choisis. J’ai reçu cela, je le regarde comme une réponse à une demande, je choisis si j’en veux encore…

Et je commence alors à Voir que tout ce que je choisis je le choisis par peur ou par amour.

Vais-je choisir cette maison-ci parce que j’ai peur de ne pas en trouver une autre? Ou vais-je choisir de ne pas habiter là par amour pour moi parce que je sais que la maison que je choisirais par amour sera « la bonne ».

Vais-je choisir ce travail par peur de ne pas en trouver d’autre ou vais-je choisir ce travail par amour de moi (sécurité financière, plus de temps, moins d’énergie..). Ou vais-je ne pas choisir ce travail parce que pas d’amour du tout dans ce choix-là ?

À chacun de voir ce qui est de l’ordre de l’amour et de la peur.

Je reçois de l’agressivité. Au premier abord je pourrais me dire que je n’ai pas demandé à recevoir ça. Mais si je le regarde avec le postulat que je reçois ce que je demande alors je peux me poser la question : qu’est ce que j’ai demandé à voir? Que j’ai encore envie d’être victime pour faire partie du bon côté, du côté des gentils… Parce que c’est de ce côté que je crois qu’est l’amour.. Ok. Je vois. J’en veux encore? Non. Mais si ça m’arrive encore c’est que j’en veux encore un peu. Je peux le voir comme un reliquat de vieilles habitudes. Avec tendresse. Et rechoisir à nouveau. Je n’en veux plus. Je ne veux plus être victime. Il n’y plus de séparation entre victime et bourreau. Je suis les deux. Je n’ai plus besoin d’être du côté des « gentils ». C’est fini. Je ne reçois plus d’agressivité. Je ne suis plus séparée. L’amour est partout..

Je pourrais croire que si je choisis la victime je fais un choix de peur mais je peux regarder que si je fais ce choix c’est que j’en ai encore besoin.. Mon bénéfice secondaire est encore important pour moi? C’est ok… C’est de l’amour… Et quand je regarde avec ces yeux-là tout devient plus léger.

Le choix de l’amour c’est aussi le choix de la foi, de la confiance et de la certitude plantée dans le coeur que je ne suis pas seule et que mes besoins seront pris en compte par « plus grand que moi ». Besoins qui parfois sont  pris en compte d’une manière qui semblent ne pas me convenir, mais qui souvent au final, se révèlent porteur d’un sens que je n’imaginais pas à l’avance.

Quel choix vais-je faire aujourd’hui?

Celui de me voir? Ou celui de me croire séparée de tout?

Tout ce que nous faisons nous le faisons par amour… Il n’y a donc aucune culpabilité à poser sur nos choix ou sur les évènements et encore moins sur nos ressentis.. Tous ne sont que des indicateurs de là où nous sommes pour nous voir avec les yeux du coeur.

Jusqu’à nous souvenir de qui nous sommes vraiment.

Les créateurs infinis de nos vies…

 

Ma vie est belle aussi sur Facebook… f
Coaching et développement, mon site professionnel Coaching pro

2 réflexions au sujet de « Choisir à chaque instant »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *