Le lourd ou le léger, que choisissez-vous?

Il y a quelque jours j’ai fait une très courte vidéo sur le sourire. Vous pouvez la trouver sur ma page facebook. Je nous invitais à déposer un léger sourire sur notre visage…même quand la vie fait mal…

« Accueilles la souffrance comme le messager du ciel et laisse-le partir s’il le veut! »

nonne sourire

Cette phrase des « Dialogues avec l’ange » me suit chaque jour…Accueilles. Écoutes le message. Et laisse partir.

Pour mettre de la légèreté dans notre vie il n’est pas d’autre chemin que de la rendre plus légère..Je sais que dit comme ça cela peut paraître évident et pourtant…Nous ne le faisons pas. Ce n’est pas ça que nous pratiquons chaque jour. C’est même plutôt le contraire. Nous ressentons des difficultés dans notre vie, voire de la douleur et nous souffrons de ressentir cela. Et non seulement nous souffrons mais nous nous accrochons à notre douleur. Persuadés que c’est en revendiquant la souffrance que nous revendiquons notre existence. Persuadés que nous n’existons vraiment que si nous avons mal et que nous le montrons. Parce qu’alors nous devenons visibles. Plaignables. Entendables. Et nous croyons que c’est en ayant mal que nous sommes aimables, dans le sens capable d’être aimés. Persuadés que c’est en montrant au monde à quel point nous nous battons dans la vie que nous recevons de la reconnaissance et de la considération.

Une histoire de croyances

Avec des vieilles croyances ancrées comme « il faut souffrir pour être beau », « Il faut souffrir pour guérir »….des remarques comme « elle est forte, elle se sort toujours des difficultés », « elle est courageuse, elle se bat toute seule pour y arriver » et d’autres phrases que nous entendons tout au long de notre vie, nous finissons par croire qu’il est normal de souffrir. Qu’il est normal de se battre pour y arriver. Qu’il est normal de montrer à quel point on est forte et qu’on arrive à se débrouiller seule. Mais à force d’y croire nous développons de plus en plus d’énergie à vérifier que la vie est difficile pour pouvoir montrer que oui nous sommes fortes. Nous vérifions que la vie est dure pour pouvoir montrer que nous sommes courageuses et que nous nous en sortons encore. Nous vérifions que nous sommes seules pour prouver que nous savons nous en sortir seules. Et cela devient de plus en plus difficile d’être dans la légèreté. Dans la joie. Dans la facilité. Dans la fluidité. « Trop facile pour être honnête. » « Trop beau pour que ça dure ». Ce sont les croyances qui créent nos expériences. Et nos expériences sont là pour mettre à jour nos croyances…

Comment faire pour sortir du cercle vicieux?

Une des solutions est de m’appeler! Une autre (mais l’une n’empêche pas l’autre…) est de changer nos croyances. Et le plus court chemin pour y arriver est d’abord de les regarder, d’écouter ce qu’elles ont à nous dire sur nous-mêmes, ce qu’elles ont à nous apprendre sur nous à cet instant précis de notre vie…puis de sourire…et de les laisser partir. Et de recommencer. Encore. Et encore. Jusqu’à leur disparition ou leur transformation.

« Si c’est pesant pour toi tu t’égares »

Une autre phrase des « Dialogues » pour dire que si le poids que nous sentons est trop lourd alors nous ne sommes pas sur le bon chemin. Nous entendons souvent ça. Et nous le comprenons souvent dans le sens de : si c’est désagréable ou compliqué alors ce n’est pas notre chemin. Ce n’est pas l’enseignement. Cet enseignement-là nous dit que trouver le léger ne dépend que de nous. Que quoique nous vivions il ne dépend que de nous de choisir comment le vivre. Avec ou sans le sourire. Avec ou sans le léger. Cela ne veut pas dire que nous n’avons plus à écouter nos douleurs et nos difficultés et à « faire comme si » en mettant un mouchoir par dessus. Tout est à accueillir… à écouter et à laisser partir. Cela ne veut pas dire que nous devons tout subir sans rien dire et sourire. Loin de moi cette idée de sacrifice! Je parle de ce qui se passe à l’intérieur de nous, il est évident qu’il y a des situations qui nous demandent de partir…mais la transformation n’aura lieu que si nous avons accueilli la souffrance en nous, écouté son message et réussit à sourire pour nous élever au dessus…La seule façon de ne pas recommencer la même chose ailleurs. Cela ne veut pas dire non plus que nous n’aurons plus mal et que tout est beau et gentil. Ce n’est pas la voie des bisounours. Cela veut simplement dire que nous ne sommes pas obligés de souffrir d’avoir mal…Encore moins de souffrir démesurément d’avoir mal… Le chemin n’est pas dans ce que nous vivons mais dans comment nous le vivons. Parce que le « comment nous le vivons » va changer tout le reste. Si nous restons sur la croyance que si ce n’est pas agréable ou facile alors je dois changer de route, le risque est de changer sans arrêt de route ou de destination pour être à la recherche du facile. Et là nous entrons dans le zapping. Des relations, des amours, des métiers, des thérapies, des voies spirituelles… La vie peut être facile, là aussi cela peut dépendre de nos croyances. Mais rechercher systématiquement le facile pour échapper au difficile sans trouver le sourire cela ne sert qu’à courir après des illusions. Alors si le chemin n’est ni de rester dans la douleur ni de fuir la douleur…

Engageons-nous dans ce que nous offre la vie.

La vie peut être difficile, compliquée, étrange, chaotique et nous ressentons certains évènements comme désagréables ou douloureux. Poser un nouveau sourire sur notre vie quotidienne nous amène à ne plus nous identifier à cette souffrance. À ne plus coller à la douleur. À prendre de la hauteur, à nous élever à l’intérieur de nous-mêmes et dans notre vie. Et c’est dans cette élévation-là que nous pouvons rencontrer le nouveau. C’est dans cette hauteur-là que nous pouvons entendre le nouveau mot, le nouveau geste, le nouvel acte à poser dans notre vie pour avancer, pour nous transformer et créer d’autres sourires. C’est dans cet engagement plein et entier de ce que nous vivons au présent, dans tous les ressentis que nous offrent la vie et ses multiples expériences que nous pouvons créer ce pour quoi nous sommes faits. C’est dans le discernement et le choix. Le choix de sourire. Et c’est dans ce sourire que nous savons si nous devons partir ou rester. Quitter ou transformer. C’est dans le sourire que nous trouvons la force d’aimer…

« Tu peux toujours descendre, tu peux toujours remonter, cela ne dépend que de toi »

Copyright © 2016 http://mavieestbelle.com/– Tous droits réservés

En vous inscrivant à l’info-lettre, en plus d’une méditation guidée, vous recevrez à chaque parution d’article un petit « exercice « pour mettre en pratique ce que j’écris.

J’espère que cet article vous aura été bénéfique, si c’est le cas je vous invite à le partager en cliquant sur les boutons juste en dessous .

Vos coordonnées resteront confidentielles.

Ma vie est belle aussi sur Facebook… f
Coaching et développement, mon site professionnel Coaching pro

Une réflexion au sujet de « Le lourd ou le léger, que choisissez-vous? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *