Le premier pas de côté

J’ai une furieuse envie de réussir et vivre mon rêve…

Et pourtant je me sens bloquée en ce moment. J’ai de la difficulté à m’inscrire efficacement dans mes projets. J’ai plusieurs actions en cours, des rêves plein la tête, des projets, un couple, une famille avec une petite puce, deux métiers, …J’ai la sensation de courir dix lièvres à la fois et que tous m’échappent. Et  malgré toute ma bonne volonté, ma super organisation, mes pensées « positives », mon travail approfondi sur mes croyances il y a des jours où je n’y arrive plus. Je me sens comme sur un fil. Funambule ambulant entre deux sentiments. La peur et l’envie. L’envie et la peur.

Avant je culpabilisais. Je m’en voulais . Et surtout je me jugeais…

J’avais des mots plein la tête. « Tu devrais écrire, tu pourrais t’y mettre, t’as plein de trucs à faire, qu’est ce que tu attends, tu perds du temps, vas y…Tu procrastines, t’es pas assez efficace, arrêtes de dire que tu veux réussir si tu ne marches pas ta parole….bla bla bla… »
C’était juste horrible. Vous faites ça parfois? Alors il faut que je vous le dise : ça ne sert à rien!! Non seulement ça ne sert à rien mais ça ne fait qu’empirer le phénomène…
Il y a trois façons de se coincer dans la vie, trois chemins à reconnaitre pour ne plus les emprunter.
La première c’est d’accuser les autres de nos maux, nos douleurs, nos problèmes.
La deuxième c’est d’accuser le contexte, l’environnement, les circonstances.
La troisième c’est de s’accuser soi, de se blâmer. De se juger. C’est de ça dont j’aimerais vous parler aujourd’hui. Parce que j’ai changé cette habitude je vois la différence. Parce que je commence à changer mes automatismes de pensées et que j’en mesure les conséquences. Arrêtons de nous juger. Arrêtons de nous accuser. De nous auto-saboter.
Le problème c’est que la plupart d’entre nous ne s’en rend même pas compte. C’est tellement devenu une habitude, comme une seconde peau que c’est presque naturel! Je le vois chez les personnes que je reçois en consultation, quand je les interpelle sur les jugements qu’elles se portent elles sont souvent surprises. Elles font ça depuis tellement longtemps…qu’elles n’imaginent même pas pouvoir faire autrement.

Et pourtant si je peux vous faire une promesse c’est celle-là : si vous arrêtez de vous juger, votre vie va changer!

Le premier pas à faire est d’en prendre conscience. Prendre conscience des petites phrases assassines de votre mental. Aller à la pêche aux mots qui tuent. Aux mots qui blessent. Aux mots qui cassent. Aux mots pensés sans conscience, par habitude, juste par habitude.

Le deuxième qui n’est pas le plus simple c’est qu’au moment où vous en prenez conscience, il va falloir être extrêmement vigilant pour ne pas …vous juger de vous juger! Vous voyez ce que je veux dire? Du genre, « je suis nul(e) je suis encore en train de me juger ! » Et que si vous recommencez…il va falloir être patient, doux et très bienveillant avec vous.

Alors pour vous aider dans ce pas de côté, vous pouvez, au moment où vous prenez conscience de ce qui se passe dans votre tête, vous aider d’une petite « phrase-rituelle », une phrase baume adoucissant. La mienne « c’est pas grave, c’est bon, tout va bien.. » me reconnecte avec la douceur et la tranquillité. Avant c’était « ok j’ai le droit, c’est mon histoire ». L’important est que vous trouviez une phrase qui désamorce le processus. Au tout début, je me disais un énorme « STOP », je me le criais dans ma tête. Je devais me le répéter sans cesse parce que je n’arrêtais pas de me juger, de m’accuser. C’était la seule façon de les faire taire! Je criais plus fort qu’elles. Je ne voulais plus me laisser marcher sur les pieds (ou sur la tête…) par ces pensées-là qui me venaient d’ailleurs.

Alors les petites phrases qui tournaient comme une ritournelle ont cessé leur ronde incessante. Elles ont finit par s’épuiser de ne plus êtres écoutées. Elles ont perdues de leur force. Oh elles ne se sont pas tues totalement, les habitudes ont la vie dure, surtout celles qui nous habitent depuis…si longtemps. Mais elles se font moins fortes. Elles se font murmures, petite musique de fond que je peux facilement ignorer! Et que je peux même regarder avec tendresse tant elles m’aident à mesurer le chemin parcouru. Elles servent de signal à mes peurs, à mes doutes et me permettent maintenant de les dépasser. Elles me guident et ne me gouvernent plus. J’ai maintenant appris à les écouter, à les regarder sans crainte et sans jugement…C’est moi que je regarde alors sans crainte et sans jugement.

Nous avons le choix entre nous laisser manipuler par notre mental et nos habitudes ou reprendre les rennes de nos pensées et donc de notre vie. Parce qu’arrêter de nous juger c’est commencer à accepter qui nous sommes. Et commencer à accepter qui nous sommes c’est commencer à faire les pas qui nous amèneront vers la reconnaissance de nous même, celle que nous recherchons tellement mais que nous attendons des autres. Et entamer ce merveilleux voyage vers l’appréciation de nous..pour ne pas dire l’amour!

Sans cet amour de vous comment voulez vous aimer la vie que vous avez? Comment voulez vous rêver la vie que vous voulez?

Ce pas de côté est le premier pas vers le changement. Parce que quand vous aurez cessé de vous juger vous aurez cessé de perdre votre temps. Et vous pourrez enfin le mettre au service de ce qui vous est cher. Oui ça fait peur. Parce que vous êtes, nous sommes, seuls responsables de notre vie et de ce que nous en faisons.

Et ça commence maintenant!

Je vous invite à devenir conscient de vos pensées. De vos ritournelles. De vos comptines pas très enchantées. Et de commencer à en prendre soin, pour mieux vous aimer…Cesser de vous juger c’est commencer par ne plus vous blâmer. C’est faire le premier pas vers l’acceptation totale de qui vous êtes. Pour pouvoir avancer…

NB : En me laissant des commentaires et des questions sous cet article, vous m’aiderez à vous aider

 

Ma vie est belle aussi sur Facebook… f
Coaching et développement, mon site professionnel Coaching pro

4 réflexions au sujet de « Le premier pas de côté »

  1. Merci Chrystèle! J’adore ta manière de nous dire les choses à partir de ton expérience. Et je peux confirmer que ma vie a changé depuis que j’ai cessé de me juger. Depuis que j’ai cessé de m’accuser et de m’en vouloir, je suis devenue ma meilleure amie. Cela ne veut pas dire que je suis toujours satisfaite de moi! Parfois je suis déçue d’avoir fait quelque chose… mais je ne m’en veux plus! Je m’accepte, quoi qu’il arrive, et c’est bon!
    En tout cas je suis vraiment séduite par ton blog, tes articles sont clairs, pleins d’authenticité, d’humilité, et de merveilleux conseils!
    à bientôt!
    La Fannette

    1. Merci La Fannette! J’aspire aussi à cette imperfection heureuse à chaque instant. C’est pour moi la clé et le but en même temps…Merci pour tous tes beaux compliments qui me réjouissent très sincèrement. A bientôt!

  2. Merci Chrystelle, je viens de lire cette page et j’avoue que je me maltraite tout le temps !! c’est drôle comme c’est naturel tellement c’est ancré dans ma tête …
    Alors à compter de maintenant je me rééduque et te tiens au courant de l’avancement, En combien de temps peut-on compter avoir du changement ?
    Vraiment merci !!

    1. Quelle belle décision Marie! Et merci de me tenir au courant, je suis très touchée de ta confiance. Pour le temps? Je pourrais te répondre…cela dépend de ton engagement vis à vis de toi, de ton histoire, de tes ressources…mais je préfère te dire que le temps n’a pas d’importance…Lorsque tu es dans cet espace de changement, tu y es. Et ce temps là agit sur toi à chaque instant. Ce sont ces instants répétés qui font…ton chemin et qui modifie même tes connexions neuronales ce qui fait que tu changes à chacun de ces instants! Tu as déjà changé en prenant cette décision, bravo à toi et à très bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *