Plus je vais vite et plus je perds du temps

Je vais vous raconter une anecdote qui m’est arrivée  :

Une cliente m’envoie le matin un sms pour demander confirmation de son rendez vous, à 16 heures. Je suis occupée avec une personne, je regarde rapidement mon agenda et lui envoie aussitôt une réponse pour lui donner son heure de rendez vous, 17 heures. Elle me renvoie un message pour me demander s’il est possible qu’on se skype à 16 heures. Il se trouve qu’à 16 heures c’est quelqu’un qui est très disponible et à qui je peux demander de changer son rendez vous…Je lui envoie un sms pour lui dire que je la tiens au courant…Je termine ce que je suis en train de faire, puis j’envoie un sms à l’autre cliente. Et puis j’oublie…Une heure après, la première cliente me demande confirmation du changement par téléphone, je suis à nouveau avec quelqu’un, je lui envoie un sms rapide pour lui dire que je la rappelle dans plus tard. Je vous le fais bref…A 14 h 00 je reprends mes consultations et nous en sommes tous les trois à 13 échanges de sms..

Et à ce moment-là, j’ai un flash! J’ai l’image de mon agenda dans la tête..Je me rends compte que j’ai regardé la journée de lundi. Or nous sommes vendredi…Donc oui la première cliente avait bien rendez vous à 16 heures, et la deuxième a rendez vous à 15 heures! Vite je remets un sms au rendez vous de 15 heures, et un autre au rendez vous de 16 heures pour lui dire que si c’est toujours possible, c’est bon à 16 heures…OUF!

Il y a eu 15 échanges de sms là où 2 suffisaient. Comment je me sens? J’ai l’impression d’avoir couru toute la matinée!

Ce que je retiens comme leçon?

C’est que plus je fais vite plus je perds du temps…Et ça parle  de moi en ce moment. L’impatience et l’urgence dans lesquelles je me mets me font perdre mon axe, mon attention et ma présence. Je ne suis plus présente à rien ni à personne. Je suis là à moitié. Toujours à penser à autre chose, à faire deux (voire trois ou quatre) activités à la fois, à penser à après, à plus tard, à ce que j’ai à faire, à ce que je devrais faire, à me questionner sur l’après et le comment du après!

Bien et maintenant j’en fais quoi?

Une pensée va à ma fille : je m’engage, à chaque fin de journée à être pleinement présente à elle et à ses demandes. Elle est très énervée en ce moment et je sais que c’est en partie parce que je ne suis pas là quand je suis avec elle. Du coup « elle me cherche »!

Une autre pensée va à mon mari que je ne vois quasiment plus tellement j’ai la tête dans le guidon…Il va être content!

Et puis je me tourne vers moi : que vais-je mettre en place pour me poser, arrêter de courir (dans ma tête surtout) et redevenir concentrée? Arrêter de me disperser dans tous les sens. Arrêter de vivre dans l’urgence, choisir un projet et m’y concentrer. Me reposer plus souvent et mieux. Me coucher plus tôt… Faire plus de siestes et méditer.

Mais pas seulement, car c’est toute une attitude intérieure  à transformer et je veux la transformer en profondeur. Parce qu’elle parle de la peur. La peur de ne pas y arriver, de ne pas réussir, de ne pas avoir le temps de réussir… Il va donc falloir que je prenne soin de moi à ces endroits-là et que je sois attentive aux croyances qui s’y rattachent. II va falloir que je sois attentive à comment je me mets dans l’urgence et puis surtout me poser deux questions quand j’y serai à nouveau :

Qu’est ce que ça m’oblige?

Qu’est ce que ça m’empêche?

Quand j’aurai les réponses à ces deux questions, je saurai exactement quoi faire dans l’instant..

En attendant je veux me concentrer sur une nouvelle croyance porteuse : les solutions que je cherche sont à l’intérieur de moi, je n’ai qu’à prendre le temps de les écouter.

Et vous? Vivez-vous dans l’urgence? La vôtre ou celle des autres?

Vivez vous dans l’impatience?

Si vous avez répondu oui à une de ces questions, alors arrêtez-vous. Asseyez-vous. Respirez. Prenez une minute pour ne rien faire d’autre que respirer. Et prenez le temps de répondre à ces questions :

Comment ça parle de vous ? Après quoi courez vous ? A quoi voulez vous échapper ? Qu’est ce que ça vous empêche ? Qu’est ce que ça vous permet ?

Prenez bien soin de vous..

Copyright © 2015 http://mavieestbelle.com/– Tous droits réservés

En vous inscrivant à l’info-lettre, en plus d’une méditation guidée, vous recevrez à chaque parution d’article un petit « exercice « pour mettre en pratique ce que j’écris.

J’espère que cet article vous aura été bénéfique, si c’est le cas je vous invite à le partager en cliquant sur les boutons juste en dessous .

Vos coordonnées resteront confidentielles.

 

Ma vie est belle aussi sur Facebook… f
Coaching et développement, mon site professionnel Coaching pro

2 réflexions au sujet de « Plus je vais vite et plus je perds du temps »

  1. Merci Chrytsèle pour cette article qui me parle tellement. Souvent je me dis « plus je veux aller vite, moins j’ arrive » car souvent je confonds vitesse et précipitation et là c’est pas bond : énervement, agacement, râlerie et au bout du compte perte de temps et basses vibrations.
    En effet pourquoi ce besoin de se mettre dans l’urgence ? Une façon de combler le vide, de se donner de l’importance (aux yeux de qui ??), de montrer que l’on est TRES occupée, de se rassurer….. Bref, au fond de tout cela plein de peur, beaucoup d’énergie de dépenser pour rien et à la clé une bonne dose d’épuisement et un sentiment d’insatisfaction de ne profiter de rien, de voir le temps nous échapper.
    Se respecter, pour mieux respecter les autres, prendre les choses / évènement les unes après les autres et oser dire NON sur le moment pour mieux répondre un peu plus tard et être plus disponible.
    Tout un art et mode de fonctionnement à revoir.
    Mais le simple fait d’en prendre conscience comme tu le fais dans cet article est déjà un grand pas !!
    Merci à toi.

    1. Merci Dominique, en effet la prise de conscience est le premier pas nécessaire, et je vois tout de suite les résultats avec ma fille…incroyable le changement qui s’est opéré depuis que je décide d’être pleinement avec elle et d’arrêter la course. Quant aux raisons…il y en a des différentes à chaque fois, je crois qu’elles se rapportent toutes à mon besoin de maîtriser (de croire que je maîtrise) la vie! Il me reste encore de gros progrès à faire pour prendre soin de moi dans ma vie plutôt que vouloir contrôler ma vie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *